Now Reading
LE SULTAN, ZAHRA ET LES MEDERSAS

LE SULTAN, ZAHRA ET LES MEDERSAS

KAN YAMA KAN - LE SULTAN, ZAHRA ET LES MEDERSAS - MERINIDES - HISTOIRE DU MAROC - KHADIJA DINIA

« Le Sultan, Zahra et les Médersas » vous emmène dans un voyage où l’amour royal façonne le destin d’un empire. Découvrez le récit du sultan Mérinide Abou Inan Al Marini, épris d’une andalouse d’origine modeste et dont l’union inspirée par la passion va engendrer une merveille d’architecture et de savoir. À travers les ruelles de Fès, entre les murs des médersas, vibre l’écho de leur amour.


Au crépuscule d’une ère, où l’amour transcendait les frontières du possible, dans la majestueuse Fès de l’année 1350, se déroule une histoire digne des plus belles légendes. Abou Inan Al Marini, le Sultan audacieux du Maroc, défia les normes rigides de la société en offrant son cœur et sa couronne à une femme d’origine modeste. Cette décision audacieuse provoqua une tempête au sein de la noblesse, où vizirs et élites, dans un frémissement d’indignation, ourdirent des complots, semant de perfides rumeurs pour ébranler cet amour naissant.

Mais l’amour du Sultan pour sa bien-aimée était inébranlable, scellé par la captivante beauté et la voix mélodieuse de Zahra, qui chantait les mélodies andalouses avec une passion qui touchait l’âme. Sous le voile du soir, au sein des appartements royaux de Dar El Moulk, leur amour s’épanouissait loin des regards indiscrets, tissant autour d’eux un monde ,où seuls régnaient la tendresse et la compréhension mutuelle.

Dans cette échappée hors du temps, Zahra fut élevée au rang de reine, devenant la première dame du royaume et mère du futur héritier, défiant ainsi les conventions et les attentes d’une cour royale ébranlée. Leur histoire devint un symbole de courage et d’innovation, inspirant la construction de médersas qui porteraient l’empreinte de leur amour éternel, unissant à jamais la passion et le progrès dans le cœur battant du Maroc.


Fès, carrefour de civilisations


Fès vibrait déjà d’une énergie renouvelée. La cité de Fès Jdid surgit sous les Mérinides, répondant à l’afflux de ceux attirés par son éclat. La défaite des Almohades à Las Navas de Tolosa en 1212 avait bouleversé le pouvoir en Andalousie, présageant la fin de leur hégémonie. Dans le sillage de cette défaite, l’empire se morcela, à l’exception de Grenade, dernière bastion sous vassalité castillane.Les familles andalouses migrèrent vers le Maghreb, et Fès devint un refuge pour ces âmes en quête d’un nouveau départ.

C’est dans cette effervescence que les Mérinides, Berbères Zénètes autrefois alliés des Almohades, s’élevèrent. Leur ascension, alimentée par des guerriers déterminés, annonçait une ère de changement, où Fès se transformerait en un nexus de pouvoir, de culture et d’apprentissage.

Initialement au service des Hafsides de Tunisie, ils prirent rapidement leur indépendance pour entamer une ambitieuse campagne de conquête du Maghreb occidental. À partir de 1216, capitalisant sur l’affaiblissement des Almohades, ils avancèrent depuis le sud du Rif, étendant progressivement leur influence vers le centre du Maroc. Cette ascension marqua le début d’une nouvelle ère pour le Maghreb, avec Fès au cœur de ce renouveau, devenant un carrefour de cultures, d’idées, et un centre florissant de civilisation sous l’égide mérinide.


L’émergence de Fès El Jdid


Le règne Mérinide s’annonça comme une ère de transformation lorsque le souverain Abou Youssouf Yacoub prit Ceuta et Oujda en 1274, ébranlant les fondations de l’empire Almohade. Les Mérinides, s’inspirant des traditions de leurs prédécesseurs, consolidèrent leur pouvoir en s’adossant aux tribus alliées, récompensées par des parts de guerre pour leur loyauté sans faille.

Face à l’afflux de nouvelles tribus ralliées à leur cause, Fès, déjà dense et animée, se retrouvait à l’étroit. Pour répondre à cette surpopulation et aux besoins de son armée, Abou Youssouf Yaacoub lança un ambitieux projet urbain : la construction de Fès El Jdid. Le nouveau quartier, conçu pour être à la fois résidentiel, administratif et militaire, se détachait par sa clarté architecturale, lui valant le surnom de ‘la ville blanche’. Cette extension reflétait l’ingéniosité et la vision stratégique des Mérinides, et avec le temps, Fès El Jdid se distingua comme le symbole d’une nouvelle ère, contrastant avec l’ancien quartier de Fès El Bali.

Sous Abou Saïd, Abou El Hassen et Abou Inan, les Mérinides établirent leur hégémonie sur le Maghreb El Aqsa. Ils apportèrent la paix et ravivèrent le commerce, tout en enrichissant Fès d’édifices remarquables. La cité s’épanouit en un carrefour de l’artisanat et de la connaissance, ceinturée de robustes murailles.


La Naissance du Mellah


Vers 1430, les Mérinides fondèrent au Maroc le Mellah, premier quartier juif officiel, en réponse aux besoins de protection des communautés israélites. Établi sur l’emplacement d’un ancien entrepôt de sel, ce quartier prit le nom de « Mellah », mot désormais synonyme de quartiers juifs dans tout le royaume. Ce geste historique marqua un tournant dans la politique sociale des Mérinides, offrant un havre et un statut particulier aux citoyens juifs du Maroc.


L’Édification de la Médersa Abou Inaniya


En dépit de l’opposition de la cour et après avoir officialisé son union avec Zahra, le sultan Abou Inan Faris, se lança en 1351 dans un nouveau projet : la fondation d’une médersa, à l’endroit même où s’étendait autrefois la décharge de Fès El’Bali. Cet acte audacieux transforma un lieu d’abandon en un centre d’éducation et de spiritualité, soulignant la métamorphose de la ville sous son règne.

La construction de cette institution dura quatre ans, période pendant laquelle Abou Inan, avec une attention méticuleuse, supervisait personnellement l’avancement des travaux. Il mobilisa des artisans de renom du Maroc et d’Andalousie, fit acheminer de l’eau par détournement de séguia, et orna la médersa de zelliges éclatants, de bois de cèdre de l’Atlas, érigea un minaret imposant et une salle de prière majestueuse.


L’Inauguration de la Médersa Abou Inaniya


Une fois la médersa achevée, Abou Inan Faris célébra l’ouvrage avec faste, réunissant les dignitaires de tout l’empire, y compris ceux qui avaient jadis douté de la sagesse de son mariage avec Zahra. Ils foulèrent les sols de marbre et levèrent les yeux vers les voûtes célestes de la médersa, un édifice qui, par sa majesté, fit écho au silence des sceptiques. Ce joyau architectural, résultat de la vision et de la volonté d’un sultan, devenait le symbole d’un âge d’or, scellant dans la pierre et le zellige l’union de la foi, de l’amour et de l’art mérinide.


Leçon de sagesse au cœur de Fès


Dans l’enceinte sacrée de la médersa, après la prière, le Sultan Abou Inan Faris Al Marini, s’adressa à la foule depuis le minbar. Son regard interrogea l’assemblée, son attention se fixa sur son vizir principal, Al-Fūdūddi.

– Quelle est ton opinion, vizir, sur la médersa que, par la grâce d’Allah, nous avons érigée ? questionna-t-il.

Le vizir, ému par la grandeur qui s’étendait devant lui, répondit avec véhémence :

– Ô Sultan, nulle part ailleurs une telle magnificence ne s’est manifestée. Que votre règne soit long, vous qui élevez le nom d’Allah et enrichissez nos enfants d’un savoir précieux, dispensé par les plus grands érudits de notre empire.

Le Sultan, satisfait mais non encore apaisé, posa une seconde question :

Et dis-moi, Al-Fūdūddi, quel était l’aspect de ce lieu avant que la médersa ne s’élève ?

Le vizir se souvint :

C’était un dépotoir, Seigneur, un endroit abandonné. Mais, par votre vision, il est devenu un jardin digne du paradis.

Le Sultan prit une pause, et avec une voix ferme, il révéla :

– Comment, alors, avez-vous osé douter de mon amour pour Zahra ? Comme ce lieu, autrefois délaissé, elle a été transformée en reine de beauté et de vertu. Ne jugez point sans savoir, car seule la pureté de l’âme mène au Firdaous, tandis que la malveillance est destinée aux flammes.

Après ces mots, le Sultan quitta le minbar, traversa la cour où les murmures s’étaient tus, et monta sur son cheval blanc. Il s’éloigna vers son palais, laissant derrière lui une assemblée médusée par la sagesse d’un roi qui voyait au-delà des apparences, dans une ville éternelle bâtie sur des récits aussi immuables que ses pierres.


La conspiration


Le lustre de la médersa Abou Inaniya ne put éclipser le ressentiment couvant dans le cœur des vizirs humiliés. Leur mécontentement, avivé par le rappel constant de la réprimande royale concernant le mariage du Sultan Abou Inan avec Zahra, se transforma en une conspiration ténébreuse. Parmi les mécontents, Al-Fūdūddi, consumé par le désir de vengeance et d’ambition, ourdit un complot pour renverser son maître.

Le destin prit une tournure tragique cette nuit de 1358, sous un ciel larmoyant de pluie, alors que le Sultan, déjà affaibli par la maladie, fut confronté à la perfidie de ceux qu’il avait jadis commandés. Dans la pénombre de ce soir orageux, Al-Fūdūddi, avec une cruauté qui n’avait d’égale que sa rancœur, serra le cou du Sultan, étouffant à la fois son souffle et son règne. Cette nuit-là, le palais perdit son souverain, et Fès, sa paix.

Le meurtre du Sultan par son propre vizir fut un choc retentissant, une tache indélébile sur l’histoire mérinide, illustrant les périls d’une confiance trahie et la précarité des alliances au sein des sombres corridors du pouvoir.


Les bastions du savoir Mérinide


Avant l’essor des médersas mérinides, les enfants commençaient leur éducation dans les kouttabs, où ils apprenaient à lire, écrire et mémoriser le Coran.

Les mosquées servaient également de centres d’apprentissage informels, offrant des enseignements en théologie, en droit islamique et en sciences séculaires. Les savants et intellectuels ouvraient les portes de leurs demeures pour des leçons plus avancées, transmettant leur connaissance à des disciples dévoués. Les marchands de livres jouaient un rôle crucial dans cette diffusion du savoir, vendant des textes qui alimentaient la soif de connaissance de l’époque.

See Also
REGRAGA SUR LE CHEMIN DE LA BARAKA 2 REGRAGA : SUR LES CHEMINS DE LA BARAKA

L’avènement des médersas Mérinides marqua une révolution éducative ; ces institutions formalisèrent l’instruction, centralisèrent l’apprentissage et permirent à un plus grand nombre d’accéder à une éducation structurée. Sous le patronage royal, les médersas devinrent les piliers d’une tradition éducative qui allait perdurer dans les siècles à venir.


L’essor des médersas dans le monde islamique


Les médersas, telles que nous les concevons aujourd’hui, prirent racine au Khorasan au 11e siècle sous l’égide de Nizam al-Mulk. Ces institutions gagnèrent rapidement en popularité et s’étendirent dans les grandes cités de l’époque, avec Bagdad en 1064 et Damas en 1097 qui virent naître les leurs. Nishapûr, notamment, fut honorée par quatre médersas éminentes au milieu du siècle.

Cette expansion des médersas survint en réponse aux tumultes religieux qui secouaient l’Orient islamique. Les érudits, jadis libres penseurs, furent de plus en plus sollicités par des dirigeants désireux de consolider leur pouvoir à travers l’éducation. Après la chute de Bagdad en 1258, les Abbassides se tournèrent vers un enseignement rigoureux pour affirmer leur hégémonie sunnite face au chiisme fatimide.

Nizam al-Mulk, par ses réformes, donna à la médersa sa forme définitive, intégrant le logement et un système de rémunération pour les professeurs et les étudiants. Sa vision d’une éducation structurée et soutenue par l’État lui valut d’être reconnu comme l’architecte du système éducatif islamique classique, posant ainsi les fondements des médersas qui, sous les Mérinides, atteindraient une nouvelle apogée au Maroc.


La stratégie éducative contre les clivages


Dans le contexte des luttes entre chiisme et sunnisme, les médersas financées par les souverains et les waqfs ont joué un rôle crucial dans l’enseignement des sciences, considérées comme un devoir sacré dans l’Islam.

Ces institutions ont permis de contrecarrer les influences sectaires en favorisant la diffusion des idées sunnites et en formant des individus capables d’affronter les idéologies rivales. L’éducation est ainsi devenue un levier pour les sultans afin de renforcer leur règne, appuyés par des savants conservateurs.

Des dirigeants comme Saladin et Nizam al-Mulk ont impulsé cet élan vers la connaissance, établissant des médersas pour propager et ancrer leur vision. L’impact de ces écoles s’est étendu au-delà de l’érudition, contribuant au développement administratif nécessaire pour gérer un état de plus en plus complexe. Les médersas se sont alors affirmées comme des centres holistiques, intégrant la vie quotidienne, l’éducation et la spiritualité, soutenues économiquement par les revenus générés par les waqfs.


Les Médersas Mérinides: foyers du savoir ancien et moderne


À l’époque des Mérinides, les médersas révolutionnèrent le paysage éducatif du Maghreb en offrant un curriculum riche et diversifié. En sciences de tradition, les étudiants approfondirent leur compréhension du Coran et des hadiths, tout en s’initiant au fiqh pour décrypter les subtilités du droit islamique. La dogmatique et la mystique leur permirent d’explorer les nuances de la foi et de la spiritualité. L’interprétation des rêves éveilla leur curiosité pour les symboles, tandis que les sciences linguistiques aiguisèrent leur maîtrise de la langue arabe, essentielle à l’érudition.

Dans le domaine des sciences de raisonnement, la logique les équipa pour le débat intellectuel; l’arithmétique leur donna les outils pour la quantification et le commerce; et la géométrie les familiarisa avec les fondements de l’architecture et de l’ingénierie. L’astronomie élargit leur vision du cosmos, la science des sens affina leur compréhension du monde physique, et la médecine ainsi que l’agriculture les ancrèrent dans le concret de la vie quotidienne. La métaphysique les invita, enfin, à contempler l’existence au-delà du tangible.

Sous les Almoravides et les Almohades, de telles études avaient été restreintes, confinées à une interprétation conservatrice de l’islam. Ces dynasties craignaient que les sciences de raisonnement ne déstabilisent leur autorité, privilégiant une pratique religieuse purement orthodoxe. Mais les Mérinides, rompant avec cette tradition restrictive, embrassèrent et promurent un savoir diversifié, ouvrant ainsi la voie à un âge d’or de l’intellectualisme au Maghreb.


Ascension et rayonnement éducatif des Mérinides


Avec les médersas, les Mérinides ont façonné le Maroc en une terre de connaissance. En l’absence de légitimité religieuse ancestrale, enracinant fermement le rite malékite et l’usage de l’arabe. Ces écoles étaient des échiquiers où le savoir et le pouvoir se rencontraient, formant des élites qui renforçaient la structure du royaume.

myluxurylife calligraphie 11zon LE SULTAN, ZAHRA ET LES MEDERSAS

Chaque médersa, ancrée dans son temps, reflétait la vision de son sultan fondateur. Ce n’étaient pas que des sanctuaires d’apprentissage, mais des bastions du pouvoir Mérinide, des lieux où l’éducation devenait un instrument de gouvernance. Cette période reste gravée comme un âge d’or de la pensée et du pouvoir, où l’éducation sculptait l’avenir politique et spirituel du Maghreb.


Le règne des Mérinides fut un âge d’or pour l’éducation et l’architecture au Maroc. Ils érigèrent de nombreuses médersas, qui furent des joyaux de la culture, de l’art et de la puissance du royaume. Voici certaines des médersas remarquables de cette époque :


Médersa d’Al Saffarin à Fès Elle fut le précurseur, posant les jalons des médersas futures. Médersa de Fès-jdid (1320) : Elle signa l’essor des complexes éducatifs dans la ville de Fès. Médersa Sahrij (1321) : Elle se distingua par son bassin, signature architecturale de l’époque. Médersa Sbaiyin (1323) : Elle témoigna de la floraison de l’architecture sous l’ère Mérinide. Médersa Attarine (1325) : Près d’Al Quaraouiyine, elle renforça le prestige éducatif de Fès. Médersa de Taza : Elle continua de propager l’éducation Mérinide au-delà de Fès. Médersa de Salé (1341) : Elle marqua l’extension de l’influence Mérinide. Médersa Mechaiya à Fès (1346) : Elle enrichit encore la constellation éducative de Fès. Médersa El Eubbad à Tlemcen (1346) : elle fut construite durant le siège de la ville par les Mérinides. Médersa Bou Inania à Fès : Considérée comme le summum de l’architecture Mérinide. Médersa Bou Inania à Meknès : Une réplique du modèle de Fès, affirmant l’identité Mérinide.

Ces édifices, spécialement ceux établis sous Abou Inan, incarnent l’apogée architecturale et éducative des Mérinides, reflétant leur stratégie de légitimation par l’éducation. Ces médersas sont aujourd’hui des trésors patrimoniaux du Maroc, témoins éternels de l’interconnexion de l’éducation, de la foi et de la politique dans l’histoire islamique de la région.

Rédactrice en Chef à Myluxurylife | kdinia@gmail.com | Plus de publications

Khadija Dinia, aka Didije est une journaliste influenceuse qui jongle entre papier et digital, en s’inscrivant aux tendances du moment. Elle met sa plume, son regard et son coeur au service du beau, valorisant tout type de contenu.

© 2022 MyLuxuryLife. All Rights Reserved.
Réalisé par :  Hamza Wahbi

 

A propos  |  mentions légales  |  CGV Ebooks CGV digital

Scroll To Top